Jacques Villeneuve finishes 3rd in Napa 200 Montreal

Way to go Boris Said!

Jacques Villeneuve finished 3rd, Woohoo! I thought he was going to pass out as they waited almost 15 minutes in the heat, before being able to finish the race. A true marathon but he came through.



If they would have stayed on yellow, I think JV had the race in his pocket and the 5 gallon stop would have made sense. When they called the full Red, I couldn't believe it. No rain, no big one, just alot of oil on track. Oh well, we can't complain. It was a fantastic race.

And, the Montreal fans did show up yesterday for the race. Maybe not the full house we saw in past years but good enough to make the event a success. Nascar loves Montreal.

You'll find the post-race Press Conference and Interview with JV here,
Post-Race Interview with JV who finished 3rd
Post-Race Press Conference with JV, Papis, and Benton
A few race highlights from yesterday's Napa 200, Montreal,

And the next race for JV is...

Coming soon. :-)

Have a great day JVistes!

Nationwide Napa 200 Montreal 2010 Pre-Race Audio Interviews

It's about 41 minutes to mindnight and I'm just about to get into a horizontal position. A fluffy pillow, bubble-gum for the mind, and a Coke. I know it's probably not the best thing to have so late but I need some sugar and it's the 100 calorie format. Preferably in a glass bottle, pretty please.

But I digress, ha, who da thunk!

I had a bitch of a day and I'm feeling great because so far so good, I'm still standing and Jesse seems to be better. Fingers-crossed.

My guy in the sky came through and consoled me with news it was not that hot today at the Circuit.

Okay, is it just me?

Well, all I can say is my life is always better with a great set of earphones. Barefoot or new stilettos, my mission tomorrow.

The best has yet to come, I'm sure that's what Pat is whispering in JV's ear. ;-)

Goodnight Irene.
jacques villeneuve et patrick carpentier napa 200


It's Friday and the Napa 200 Montreal show has begun.

I'm having a crazy day but thought I'd share the Pre-Race Interviews(audio) with Logano, Ambrose, our Patrick, and others...

Should be a great day tomorrow for Qualifying and Practice. Go JV Go!


Nationwide Napa 200 Montreal 2010 - Press Conference Audio

Joey Logano Pre-Race Interview, Napa 200 Montreal

Marcos Ambrose Pre-Race Napa 200

Oh Yes, Home Sweet Home JV

Salut Gilles!

It's always great for JV to be racing but it's even better when he's home sweet home.

Virtual Lap at Circuit Gilles Villeneuve August 24, 2010.



En Français SVP... Téléconférence Nascar Média de Jacques Villeneuve

Un gros merçi Nascar Média!

LE MODÉRATEUR: Nous souhaitons la bienvenue à Jacques Villeneuve qui va piloter la Toyota No.32 Dollar General de Braun Racing ce dimanche à Montréal. Jacques a disputé deux épreuves de la série NASCAR Nationwide cette saison, il était en position pour l’emporter à Road American avant qu’une panne ne stoppe son élan. Il a remonté pour une huitième place ce mois-ci à Watkins Glen en ce qui s’avérait être sa première course sur ce circuit. Il a roulé deux fois en série NASCAR Nationwide à Montréal sur ce qui est son circuit-maison, un circuit qui porte le nom de son père. Il a terminé 16e à ses débuts dans la série en 2008 et quatrième l’an dernier. Merci beaucoup de votre temps aujourd’hui. Nous sommes heureux que vous avoir parmi nous.

JACQUES VILLENEUVE: Merci.



LE MODÉRATEUR: Vous avez passé si près de remporter votre première course en NASCAR et, là, nous nous retrouvons sur votre circuit-maison avec de l’excellent équipement. Vous avez aussi plus d’expérience en stock-car. Quel est votre approche pour la course de dimanche.

JACQUES VILLENEUVE: Bien, nous débarquons agressivement. C’est la troisième année que je roule avec Braun et ça fait maintenant quatre ou cinq courses. Nous commençons à bien travailler ensemble et nous avons planché très fort sur le programme et la voiture de circuit routier. Nous amenons de différents freins à Montréal. C'est un circuit très exigeant à cet égard et j'aime freiner tard. Je freine fort et c’est là que j’ai gagné la majorité du temps que j’ai repris à mes adversaires à Elkhart Lake et même au Glen. C’est pourquoi nous mettons tous nos efforts afin d’être compétitifs à Montréal La première année, nous avons mené un tour puis j’ai accidenté la voiture pendant une neutralisation. C’était un peu fâchant. L’an dernier, nous avons été plutôt rapides. Je crois donc que cette année, nous sommes là pour tenter de gagner.

Q : Vous êtes en bonne position de pouvoir courir quand vous voulez, là où le voulez. Après la course de Montréal, qu’il y a-t-il à votre agenda, côté course?

JACQUES VILLENEUVE: Après Montréal, nous avons une course en Australie, à Surfers’ Paradise Je crois que c’est le 25e ou le 30e anniversaire du circuit. Ils font donc une course-invitation avec deux pilotes par voiture. Je crois que nous sommes 18 d’invités, tous des pilotes qui ont déjà couru à Surfers’ Paradise, soit en IndyCar ou dans d’autres types de voitures. Ça devrait être très intéressant. C’est de là que vient Marcos Ambrose, de la série qui fait rouler ce type de voitures. J’ai toujours voulu les essayer (les V-8 Supercars australiens).

Pour l’instant, c’est tout ce que j’ai à l’agenda car j’ai travaillé`très fort sur notre programme de F-1. Je ne veux pas avoir trop de courses de planifiées pour pouvoir me concentrer là-dessus. Aussi, si je l’emporte à Montréal, je vais disputer une course sur ovale pour Braun Racing

Q : Si vous regardez ce que vous avez accompli dans votre carrière, qu’est-ce-qui est au haut de la liste des choses que vous désirez maintenant accomplir, peut-être pas cette année ni même l’an prochain. Qu’est-ce- qui est au sommet de la liste des choses, dans le domaine de la course, que vous désirez accomplir et que vous n’avez pas encore essayé?

JACQUES VILLENEUVE: J’ai remporté deux des trois titres majeurs que j’ai tenté soit l’Indy 500 et le championnat du monde de F-1. Malheureusement, aux 24 heures du Mans, nous avons terminé deuxièmes après avoir mené la majorité de la course ce qui a été plutôt frustrant. L’autre chose que je voudrais gagner, c’est le titre NASCAR. Ce serait incroyable.

Q : Je me demande où votre projet d’écurie en F-1 vous mène-t-il? Vous attendez la décision de la FIA et si elle s’avérait positive, comment allez-vous jongler les autres courses que vous avez à l’agenda, ce que vous avez de planifié en NASCAR et l’avenir sur lequel vous devrez plancher en F-1 car vous devrez travailler très vite afin d’être prêt pour 2011.

JACQUES VILLENEUVE: La décision de la FIA est censée arriver d’ici la fin du moins et j’espère vraiment que ce ne sera pas pendant ce week-end car je veux vraiment me concentrer sur la course, y travailler et tenter de la gagner. Je ne veux pas passer le week-end à discuter de F-1 sans pouvoir me concentrer entièrement sur le NASCAR.

La décision en elle-même va orienter la suite des choses. Si elle est positive, je devrai donc être disponible presqu’à 100% pour bâtir l’équipe et mettre les choses en marche. Je ne sais pas encore où l’on se situe. Nous devons attendre la décision.

À propos du NASCAR, il y a une course ce week-end qui est très importante. Nous avons mis beaucoup d’efforts dans la préparation du côté de la voiture, du côté des freins, de tous les côtés. Nous venons ici avec le désir de gagner. Et nous ne sommes pas une équipe qui peut s’appuyer sur une solide équipe de coupe Sprint. Ä rend les choses un peu plus difficiles. En revanche, avec notre expérience sur les circuits routiers, je tente de compenser et, jusqu’ici, ça semble fonctionner comme à Elkhart Lake où nous étions très rapides. De plus, la bonne chose est que lors des courses que nous avons faites avec l’équipe Braun Dollar General, nous avons eu une bonne couverture télé. Nous avons aussi fait le Brickyard 400 à Indianapolis. Les portes commencent ainsi à s’ouvrir du côté du NASCAR.

Q : Si votre projet de F-1 fonctionne, seriez-vous disposé à regarder du côté du NASCAR pour faire du recrutement, tant du côté des mécanos que des pilotes? Peut-être donner quelques tours de roues à certains de vos adversaires d’ici pour voir ce qu’ils peuvent faire au volant d’une F-1?

JACQUES VILLENEUVE: Il y a du talent partout et il y a définitivement beaucoup de talent en Amérique du nord et en NASCAR. Il a toujours eu cette perception que les pilotes d’ovales ne peuvent bien faire sur des circuits routiers et que les spécialistes de circuits routiers ne peuvent courir sur des ovales. Si vous regardez Montoya, il fait très bien sur les ovales et il a remporté l’Indy 500 aussi. Et des pilotes typiques du NASCAR qui ne viennent pas du monde des circuits routiers apprennent tr`s rapidement ce qu’il faut faire sur de tels circuits et y ont de tr`s bons résultats. Si vous avez du talent et la cervelle qui va avec pour apprendre le boulot, vous serez très bons dans toutes les formes de course.

Q : Donc, leur permettriez vous d’essayer une de vos F-1, comme c’est vous qui en aurez les clés? JACQUES VILLENEUVE: En tous cas, pas ceux qui mesurent six pieds!

Une question à deux parties. Pourriez-vous nous parler des exigences physiques que demande le pilotage d’un stock-car sur le circuit où vous allez rouler ce week-end? Et, en F-1, les changements de vitesse se font du bout des doigts alors que c’est beaucoup plus physique en stock-car, durs freinages, secteurs techniques du circuit, que pouvez-vous nous dire là-dessus? Et, deuxièmement, pouvez-vous nous dire ce que vous avez fait aux freins de la voiture car, à Watkins Glen, nous savons que vous avez eu des problèmes de freinage. Vous y aviez mentionné que vous auriez besoin de freins plus robustes pour Montréal. Donc, les exigences physiques sur le pilotage ici et ce que vous avez fait aux freins pour Montréal.

JACQUES VILLENEUVE: La première exigence physique en NASCAR est, d’abord et avant tout, la chaleur. Il fait vraiment chaud dans ces voitures. Les courses sont longues. Au Brickyard, c’était ridiculement chaud. À Montréal, le problème, ce sont les freins et la puissance avec laquelle vous appuyez sur la pédale, tour après tour. C’est là que c’est difficile, Si vous freinez fort pendant toute la course, vous allez presqu’avoir besoin de vos deux pieds! C’est ce qui est le plus dur, surtout si vous le faites pendant trois heures.

Du côté des freins, le plus tard vous freinez, le plus de chaleur s’y accumule et tout se met à tordre. C’est là que vous vous retrouvez avec une pédale qui allonge. À Watkins Glen, je tapais le fond des freins et je ne pouvais pas freiner plus fort. Il n’y avait plus rien à presser et ils étaient chauds au point que ça ne freinait plus. Ça ne faisait que glisser. Quand ça arrive, il faut prendre quelques tours pour tout faire refroidir. Nous n’étions pas aussi rapides au Glen qu’a Elkhart Lake et je reprenais la majorité de mon temps au freinage. Nous manquions un peu de vitesse en sortant des virages pour une raison que j’ignore. J’espère que ce sera différent à Montréal et que je n’aurai pas à me fier autant sur mes freins pour grignoter ces fractions de secondes.

Q : Vous nous avez dit, au Glen, que vous aimiez vraiment courir en NASCAR car vous ne le faisiez qu’occasionnellement et que vous n’aviez pas à vous embarrasser avec la politique dans le sport, que nous n’aviez pas à vous occuper des sornettes politiques comme c’était le cas en F-1. Est-ce que vous aimez la F-1 au point de vouloir endurer la politique de ce sport si la FIA accepte votre candidature?

JACQUES VILLENEUVE: Il y a deux choses. Ce sont d’abord des voitures merveilleuses à conduire. Ce sont les voitures les plus rapides sur la planète donc quiconque se retrouve avec la chance de les piloter pourra difficilement dire non, même si ce n’est que pour quelques tours.

La politique n’est pas amusante et quand vous descendez de voiture, ce n’est pas plaisant de devoir composer avec ça mais nous bâtissons une équipe. Ce n’est pas un projet de trois ans, c’est un projet de 40 ans. Il y a quelque chose d’excitant à propos d’un projet d’aussi longue haleine, du point de vue des affaires. C’est acceptable. Ça ne me dérange pas de devoir endurer la politique tant que je n’ai pas à piloter en même temps. C’est la combinaison des deux qui ne fonctionne pas. En NASCAR, je serais très heureux de pouvoir piloter chaque semaine! Ça serait fantastique! J’adore conduire, j’adore courir et c’est pourquoi j’adore chaque course que je fais en NASCAR. C’est ce qui me passionne : toute l’attention que je n’ai qu’à concentrer à ce qui se passe derrière le volant. Il est possible, même si vos réglages ne sont pas parfaits, de trouver une façon de piloter au-delà de ces problèmes pour trouver une façon d’aller quand même vite. C’est dur de le faire pour toute une course mais pour la qualification, pour quelques tours, tu peux lutter avec la voiture, la faire avancer plus vite et c’est toujours très satisfaisant.

D’ailleurs, une des raisons pourquoi le projet de F-1 s’est mis en place est simplement parce que les portes ne s’ouvraient pas en NASCAR.

Q : Êtes-vous assez patient pour vivre en fond de grille en F-1 pour quelques saisons avant que les choses ne débloquent pour vous?

JACQUES VILLENEUVE: C’est correct d’être en fond de grille tant que vous avez un plan à long terme et des ressources financières qui vous permettent de le mettre en place. Quand nous avons bâti BAR, si vous aviez quelque chose d’à peine vivant, qui n’aurait fonctionné que pendant un an, le jeu n’en aurait pas valu la chandelle. Dans un tel cas, tout ce que vous avez, c’est le stress et parce que vous connaissez une mauvaise campagne, vous ne pouvez pas construire sur ce qui en ressort. Cependant, si vous avez un plan à long terme, ça peut aller car ça fait partie du processus de construction.

Q : Si l’on regarde le succès de la course de la série NASCAR Nationwide à Montréal, devrait-il y avoir une course de la coupe Sprint au Canada selon vous? Est-ce que les amateurs canadiens méritent une course de la coupe Sprint et est-ce que ça fonctionnerait?

JACQUES VILLENEUVE: Je crois qu’ils la méritent et je crois que ça serait très populaire. Il y a déjà une bonne foule pour la course de série NASCAR Nationwide et elle serait au moins aussi importante pour une course de coupe Sprint. Aussi, le public de Montréal est habitué d’avoir le meilleur niveau de course avec la F-1. C’est pourquoi ils s’attendent d’avoir le meilleur avec la coupe Sprint également.

Je crois donc que ça serait un grand succès et que ça amènerait un nouveau marché de commandite pour le tout-NASCAR. Avec seulement la Nationwide, ça rend les choses un peu plus difficiles car ils sont habitués d’avoir la F-1 de toute façon. Pour convaincre les compagnies canadiennes d’investir en NASCAR, ça prend la coupe Sprint.

Q; L’an prochain, nous avons parlé avec Carl de la décision de NASCAR de ne plus laisser la course de série NASCAR Nationwide seule dans son week-end mais de plutôt la jumeler avec une course de coupe Sprint au Michigan, le dimanche. Croyez-vous qu’il y ait là un signal que NASCAR sait qu’il y a tant d’amateurs de NASCAR au Canada qu’il est possible de remplir les gradins à Montréal le samedi tout en gardant une énorme représentation canadienne au Michigan comme c’est toujours le cas? Pensez-vous que NASCAR connait le volume et la passion des amateurs de courses canadiens?

JACQUES VILLENEUVE: Le samedi et le dimanche sont des congés sont ils sont sensiblement le même. D’ailleurs, c’est parfois plus simple d’attirer les gens le samedi plutôt que le dimanche qui est souvent une journée pour les enfants et la famille. Le samedi est donc une bonne journée. Aussi, le problème avec la course de Montréal seule au calendrier d’un week-end, c’est que ce n’est qu’un des deux seuls week-ends de congé des pilotes de la coupe Sprint. Pour certains d’entre eux, ils ne veulent pas courir lors de ces congés tandis que s’ils roulent en coupe Sprint pas trop loin, ils pourraient venir le samedi.

Q : Le 13 aout dernier vous avez fait une présentation à Genève, en Suisse, de votre projet d’écurie Villeneuve-Durango, qu’est-il sorti de cette présentation?

JACQUES VILLENEUVE: On ne sait pas, on attend les réponses. Tout le monde avait l’air content mais en même temps, on était devant un panel, un peu comme des juges. Donc, on ne s’attendait à aucune réaction. On ne sait pas si quelqu’un d’autre a fait une présentation donc tant qu’on a pas de réponse, on ne sais pas comment ça a été reçu, perçu. Je sais qu’on a fait une bonne présentation. On est content de ce qu’on a en place. On a aucun doute sur comment vont évoluer les choses si la réponse est positive. Maintenant, il faut quand même avoir la réponse positive parce que c'est du « tout ou rien ». Soit, ça fonctionne et c’est génial, soit on a une réponse négative et tout ce qu’on a mis en place tombe à l’eau. Il n’y a vraiment pas de porte de sortie.

Q : Quels sont vos objectifs pour cette fin de semaine à Montréal?



JACQUES VILLENEUVE: Cette année avec l’équipe, on est la pour la gagne. On a tout mis en place. Bon, maintenant, ça peut ne pas marcher. Même les meilleures équipes, y’a certains week-ends de course, ils roulent en arrière, ça arrive à tout le monde. Mais nous, on a tout mis de notre côté cette année pour se battre pour la gagne. J’espère juste qu’il n’y aura pas trop de stress par rapport à la Formule 1 pendant le week-end car je veux vraiment me concentrer sur le NASCAR.

Tuesday Media Teleconference with Jacques Villeneuve & Carl Edwards

THE MODERATOR: Thanks again for your time and enjoy the rest of your time this week and we'll see you Sunday in Montréal.

CARL EDWARDS: Yeah, thanks, tell Jacques good luck on his second place run; I hope he enjoys it.

Ha, ha, Carl, very funny... Go JV Go! and good luck on taking second Carl.

THE MODERATOR: We welcome Jacques Villeneuve, who will be driving the No. 32 Dollar General Toyota for Braun Racing at Montréal on Sunday, Jacques has run in two NASCAR Nationwide Series races this year, he was in the mix for that win at Road America before a breakdown ended his bid there. But he rallied for an eighth place this month at Watkins Glen, and that was his debut at that track. He has won twice in the Nationwide Series at Montréal, as we have said, his home track bearing his dad's name. He was 16th in his series debut in 2008, and he was fourth last year.

Thanks very much for your time today. We appreciate you joining us.

JACQUES VILLENEUVE: Thank you.

THE MODERATOR: You've come so close to getting that first NASCAR win, and now here we are back at your home track and very solid equipment. You have a little bit more experience in the stock cars; so what's your approach going to be like for Sunday's race?

JACQUES VILLENEUVE: Well, we are coming in aggressively. It's the third year I raced with the Braun team, and with the Dollar car, it's been four races, five races. So we are starting to work well together and we have really worked hard on the road course program car-wise, and we also are bringing different brakes for Montréal. It's a very demanding track, and I'm a late braker. I'm a heavy braker and which is where I make most of my time at Elkhart Lake, and even at the Glen, actually.



So we are pulling out all the stops for Montreal so we can compete. The first year when it was the heavy rain, we led the lap and then I crashed under a caution. That was a little bit annoying. And we were quite competitive last year. So I think we are coming this year to try and win it.

Q. You're in a great position of being able to race when you want and what you want; after this race this weekend at Montréal, what's on the racing horizon for you?

JACQUES VILLENEUVE: Well, after Montréal I have a race in Australia, Surfer's Paradise. It's I think the 25th anniversary of the track or 30th, I can't remember. So they are doing a two-driver entrance race and I think there are 18 of us that are invited, all guys that have raced in Surfer's Paradise either in Indy Car or some other form of car so that should be fun. That's where Marcos Ambrose comes from originally, those kind of cars, so I've always wanted to get a hand at them.

Then right now that's all I've got in the pipeline because I've been busy working on F1 program, so I don't want to be docked with racing too much so I could concentrate on that. If I end up winning Montréal, then I'll get an oval race with the Braun team, as well.

Q. If you look at what you've achieved in your career, what would you say is at the top of the list of things you would like to do, not necessarily this year or even next year; what's the at top of the list of things you would like to do in racing that you have not yet attempted?

JACQUES VILLENEUVE: Well, I've won at two of the three major events I've been in, which was the Indy 500 and the F1 Championship. Sadly at the LeMans 24 Hours, we finished second, when we led most of the race and that was a little bit frustrating. So the other thing that would be amazing is to win NASCAR, that would be incredible.

Q. I'm just wondering about where this will lead you with Formula 1 project, where will this be going? Because you're waiting the FIA decision on that, and if that comes through, how will you be able to juggle what they have always mentioned, with other races, down in NASCAR, and where the future might be going for you, because a big step is going to have to be -- you're going to have to work very quickly to be up to speed in the 2011 season.

JACQUES VILLENEUVE: The FIA decision is pending, supposed to be by the end of the month and I really hope it won't happen during the race weekend, because I just want to put my mind behind the race, just work on the race and trying to win it. So I don't want to spend a weekend discussing Formula 1 basically and not concentrating on the NASCAR race.

So a lot will depend on what the decision is. If it's a positive decision, then I'll have to be almost 100% available on building the team and getting the ball rolling. I'm not sure yet where we are heading. We still have to wait for the decision.

Concerning NASCAR, there's a race this weekend which is really important. We have put a lot of effort into it car-wise, brakes, everything. We will come here wanting to win.

And we are not a team that also has a big Cup effort; so that makes it a little bit harder on us. But you know, with the road course experience, I am trying to compensate and it's been working with well so far, like at Elkhart Lake where we were quite competitive. And the good thing this year, with the racing we have had with the Braun Dollar General car, we have got good TV coverage and we have did the Brickyard as well, and that's starting to opens door in NASCAR, as well.

Q. Should that F1 bid work, would you be looking into NASCAR for personnel, either on the mechanics and the team side, as well as the drivers, maybe give some of these guys a whirl and see what they can do with these cars --

JACQUES VILLENEUVE: There's talent everywhere and there's definitely talent in North America and NASCAR, even driver-wise, there's always been this perception that oval racers can't drive a road course and a road course driver can't race on ovals.

Now if you look at Montoya, he's doing amazingly well on ovals, and he has won the Indy 500, as well, and typical NASCAR drivers that don't come from a road racing background learn very quickly what they need to do on a road course and actually do them very well.

If you're talented and if you've got the brains to go with it to actually learn your craft, then you'll be good at any form of driving.

Q. So would you give these guys a whirl since you'll have the keys to the car?

JACQUES VILLENEUVE: Not the six-footer ones (ph) (laughing).

Q. Two parts for you. Can you please talk to us a little bit about the physical demands about driving the stock car on the circuit that you will run this weekend? And Formula 1, your gear shifting is at your fingertips and it's a lot more physical an endeavor in a stock car, heavy breaking, technical parts to this course; can you describe a little about that? And secondly, can you tell us a little about what you've done with the brakes on this car, because at the Glen, we know you had some braking issues and you were talking about needing some brakes that were more robust for Montréal. So both the physical demands of racing here and what you've done with the brakes since Montréal.

JACQUES VILLENEUVE: The physical demand in NASCAR, first of all, is heat. The cars are hot. The races are long. But that's just like the Brickyard was crazy hot. Montréal, it's the brakes, how heavy you have to hit the brake pedal, lap after lap. And that's where it gets tough. If you're going to brake hard the whole race, then you almost need two feet. So that makes it very tough, mostly if you're doing it for three hours.

Brake-wise, the later you brake, the more heat gets in there and then everything starts bending, basically, so you end up with a brake pedal that gets long. I wasn't then, I was hitting the bottom of the brakes and I just couldn't brake any harder. There was nothing else to press and they get hot to the point where it just slides and it doesn't brake anymore.

So you just have to do a few laps, brakes left to cool it down a little bit. We were not as quick in the Glen as we were at Elkhart Lake, and I was making most of my time on the braking. We were lacking a little bit of speed coming out of the corners for some reason, and hopefully that will be different in Montréal, and I won't need to use the brakes as much to make up for the time.

Q. You told us at the Glen that you were enjoying NASCAR racing so much because you were not doing it an awful lot and sort of being into the politics of the sport and so on and how much you enjoyed the fact that you were not dealing with all of the political nonsense that you had to deal with in Formula 1. Is it purely because of a love of Formula 1 that you would be willing to endure the politics of that sport again by getting back into it if the FIA goes for you?

JACQUES VILLENEUVE: Well, there's two aspects. They are amazing cars to drive. They are the fastest cars on the planet, so anyone who can drive one would have a hard time to say no, even the chance to drive a few laps.

The politics are not fun, when you get out of the car that's not fun but the thing is we are building a team. It not a three-year project; it's a 40-year project. In the long run, there's something exciting about that, the business side of things, and it's acceptable -- I don't mind getting into politics as long as I'm not driving at the same time. It's the two together that just doesn't work.

Now, NASCAR, I would be happy to race every weekend. That would be great. I love driving, I love racing and that's why I enjoy the racing that I've done in NASCAR, that's why I enjoy them so much is all of the focus is purely behind the wheel, and you can really, even when your setup is not perfect, you can find a way to drive beyond it to figure a way to still make the car go quick. It's tough during a whole race, but for qualifying, for some laps, you can find a way to muscle your way through and that makes it a lot of fun. And part of the reason the F1 project started happening is also because the doors simply were not opening in NASCAR.

Q. Are you patient enough to be able to live with being a back marker in Formula 1 for a couple years until things started to come around for you?

JACQUES VILLENEUVE: It's okay to be a back marker as long as you have a long-term plan, backing and financials that allow you to build a project. When we built BAR, if you just have something in place that's barely alive and that could only work for maybe a year, then no, because all you have is the stress and because you have a bad year, can you not build on it. But if you have a long-term in place, that's fine because it's part of the building process.

Q. Considering the success of the Montréal Nationwide event the past few years, should there be a Sprint Cup race in Canada, do you believe? Do Canadian fans deserve a Cup race, and would it work?

JACQUES VILLENEUVE: I think they do and I think it would be very popular. There's already a big crowd for Nationwide and it would be quite as big for the Cup race. And also, the Montréal crowd is used to having a top level of racing which is Formula 1, so they are expecting to get the Cup as well.

So it would have a big success and it would bring a new market and new sponsorship race to the whole of NASCAR; that just having Nationwide makes it a little bit more difficult, because they are used to having Formula 1 anyway. So to them, to bring the Canadian companies into NASCAR, you need to get the Cup there.

Q. Next year, we were talking about Carl about the fact that NASCAR, instead of Montréal being a stand-alone date, it is on a Saturday with a Sunday Michigan Cup race. Do you think that's evidence that NASCAR knows there's so many NASCAR race fans in Canada that they could fill up Montréal on Saturday and still get tremendous Canadian attendance, which they always have at Michigan as well? Do you think NASCAR knows the volume and passion of Canadian fans?

JACQUES VILLENEUVE: Well, Saturday and Sunday are days off so they are the same, and sometimes it's easier to get people on a Saturday instead of Sunday, which is a kid and family day. So Saturday is a good day. And also, the problem with the stand-alone day, it's one of the two weekends off that the Cup had yet so, some of them don't want to go racing that weekend, where if they are already not racing too far, they might come on Saturday.

THE MODERATOR: Thank you, I know it's already been and will continue to be a very exciting week at home for you in Montréal, so we appreciate some of your time and best of luck on Sunday.




NASCAR Teleconference with Carl Edwards and Jacques Villeneuve for all media, tomorrow August 24, 2010 at 2PM.

We'll post the transcripts later tomorrow.

They will start rolling in tomorrow and Wednesday. Should be a very good show again this year.

Enjoy the Napa 200 JVistes, the best has yet to come.




Napa 200 - Nascar Nationwide Montreal 2010

Mêmes prix qu'en 2009 pour la seule épreuve canadienne de la série Nationwide de NASCAR

Les billets pour l'édition 2010 du NAPA Pièces d'auto 200 présenté par Dodge.

Après Carl Edwards, au tour de Brad Keselowski de vanter la foule montréalaise et de confirmer sa présence au NAPA Pièces d'auto 200 présenté par Dodge

Montréal, le 23 novembre 2009 - Après Carl Edwards, vainqueur au circuit Gilles-Villeneuve en août dernier, voilà qu'un autre coureur confirme aujourd'hui depuis Homestead, en Floride, qu'il compte être de la prochaine édition du NAPA Pièces d'auto 200, les 28 et 29 août 2010. Bien qu'il ne jouisse pas encore de la même notoriété que la grande vedette originaire du Missouri, Brad Keselowski, qui se joint à l'équipe Penske pour la prochaine campagne en Coupe Sprint et en Série Nationwide est en voie de s'établir parmi les favoris, après être déjà devenu un des plus populaires. Précisons que le jeune coureur du Michigan - 26 ans, en février prochain - a complété samedi sa deuxième saison complète en série Nationwide, à tout juste 108 points de Carl Edwards et du second rang du classement.

« Les amateurs montréalais attendaient l'été dernier le duel Carl Edwards-Kyle Busch. Ils peuvent déjà se préparer à une lutte intéressante en août prochain avec toujours Edwards et cette fois, Brad Keselowski, soutient François Dumontier, président d'Octane Management et promoteur délégué de l'événement. Depuis sa première visite chez nous en 2008, Brad a pu apprivoiser notre tracé et à l'évidence fort rapidement, terminant successivement en 12e et 5e place. Il est en pleine progression et j'invite les amateurs à le suivre de près, dès le début de la prochaine saison, car ou lui, ou Carl Edwards, pourrait bien être le meneur au classement lorsqu'il se présentera à Montréal en août 2010. »

À l'instar d'Edwards qui encore lundi dernier, tout en confirmant sa présence au prochain NAPA Pièces d'auto 200, présenté par Dodge, disait « Je n'ai jamais vu une foule aussi intense et passionnée que celle de Montréal et ce, sur l'ensemble des circuits où j'ai couru », Keselowski ne tarit pas d'éloges à l'endroit de la seule manche d'une série NASCAR majeure présentée à l'extérieur des États-Unis. « Oh oui, je serai de retour l'an prochain et je suis fort enthousiaste face à cette perspective. Montréal est une superbe ville. J'ai vraiment apprécié, car les amateurs sont fantastiques, a déclaré le jeune coureur désormais au volant d'une Dodge, ajoutant, leur passion pour la course et spécialement pour NASCAR est quelque chose à expérimenter. Et l'an dernier, courir sur le circuit Gilles-Villeneuve, sur le sec et ensuite sous la pluie a été une expérience vraiment cool. »

De la troisième génération de Keselowski en course automobile (son père Bob et son oncle Ron ont couru en NASCAR alors que son frère aîné Brian est toujours actif), Brad n'était pas encore un régulier de la série lorsqu'en 2007, NASCAR se présenta à Montréal pour la première fois. En 2008, le jeune coureur s'offrait de belles prestations sur les trois circuits routiers de la série Nationwide : une 8e place après être parti 28e à Mexico, une 12e place après être parti une fois encore 28e à Montréal et une semaine plus tard, à Watkins Glen, une 6e place après être parti de la 5e place. L'été dernier, il faisait tout aussi bien, partant 14e pour conclure à la 8e place sur le circuit de l'État de New York, avant de s'offrir la 5e place chez nous après avoir pris le départ à la 19e place.

On peut depuis le 16 novembre, se procurer des billets pour assister au NAPA Pièces d'auto 200 présentée par Dodge, et y voir en piste les samedi et dimanche 28 et 29 août prochain, l'élite du NASCAR, dont Carl Edwards et Brad Keselowski. Il suffit de composer le 514 397-0007 ou de visiter le www.circuitgillesvilleneuve.ca sans tarder.

Les organisateurs de l'événement rappellent que ceux qui souhaitent offrir à Noël des billets pour l'édition 2010 du NAPA Pièces d'auto 200 présenté par Dodge, un cadeau original, devraient recevoir ceux-ci à temps pour les déposer sous le sapin. Pour ce faire, il leur est suggéré de commander avant le dimanche 6 décembre prochain.

Depuis 2009, Octane Management agit à titre de promoteur délégué du NAPA Pièces d'auto 200 présenté par Dodge, sous mandat de Stock-Car Montréal, laquelle est une filiale en propriété exclusive d'International Speedway Corporation (ISC) de Daytona Beach, en Floride. ISC, chef de file dans la promotion du sport motorisé en Amérique du Nord, organise plus de 100 événements de sport motorisé chaque année.

---

Montréal, le 12 novembre 2009 - Stock-Car Montréal annonce la mise en vente officielle, dès 9 h, le lundi 16 novembre prochain, des billets pour assister au 4e NAPA Pièces d'auto 200 présenté par Dodge, les samedi 28 et dimanche 29 août 2010, au circuit Gilles-Villeneuve du Parc Jean-Drapeau. Une fois encore, les amateurs pourront voir à l'¦uvre sur l'exigeant tracé montréalais les étoiles de la série Nationwide de NASCAR, celles de la série Rolex Grand-Am, de même que celles de la série Canadian Tire de NASCAR. Les organisateurs sont aussi heureux d'annoncer que tous les billets, dans toutes les catégories, sont offerts au même prix qu'en 2009. Avec une grille de prix fort raisonnable, oscillant entre 95 et 165 $ pour une place en tribune, les billets pour assister au NAPA Pièces d'auto 200 présenté par DODGE, constituent un présent de choix à offrir à l'occasion des Fêtes.

« Nous avons le sentiment d'être en voie d'établir une solide tradition pour NASCAR dans la métropole, de dire François Dumontier, président d'Octane Management et producteur délégué de l'événement. Trois ans ont suffi pour que Montréal se fasse une place de choix dans le c¦ur des amateurs de courses NASCAR enlevantes. Notre course de la série Nationwide est déjà devenue une épreuve que de grands noms veulent voir inscrite à leur palmarès dans la colonne des victoires. C'est également un rendez-vous que les médias d'ici et d'ailleurs sont heureux d'honorer. Et nous pensons que c'est aussi une course qu'un nombre grandissant d'amateurs veulent absolument vivre dans les tribunes du circuit Gilles-Villeneuve. »

Pour ajouter aux propos du promoteur, rappelons que depuis 2007, les spectateurs ont eu droit à 24 meneurs différents, des revirements inattendus, de remarquables prestations de grands champions et chaque fois, à la présence de Canadiens sur le podium. La brève histoire de cette épreuve « pas comme les autres » est marquée par les succès sur le tracé de 4,361 km, des Kevin Harvick, Ron Fellows et Carl Edwards, les secondes places de Patrick Carpentier, et en 2009, les prestations d'Andrew Ranger, Jacques Villeneuve et Louis-Philippe Dumoulin.

« Croyez-nous, l'an prochain, ça sera du même calibre, lance d'emblée François Dumontier. Le succès de la dernière édition et les excitantes courses que nous y avons vues justifient amplement notre désir de tout mettre en oeuvre pour qu'un nombre encore plus grand de spectateurs s'offre le plaisir de vivre une expérience vraiment différente. Au fil des semaines et des mois, nous aurons l'occasion de dévoiler plein de nouvelles qui sauront réjouir les amateurs, mais aussi intéresser ceux qui n'ont pas encore vu ce qu'est une course impliquant les bolides et les coureurs des séries NASCAR, au circuit Gilles-Villeneuve. »

Sous le sapin, des billets pour le NAPA Pièces d'auto 200 présenté par Dodge

Les organisateurs de l'événement tenaient aussi à préciser aujourd'hui que ceux qui souhaitent offrir à Noël des billets pour l'édition 2010 du NAPA Pièces d'auto 200 présenté par Dodge, un cadeau original, devraient recevoir ceux-ci à temps pour les déposer sous le sapin. Pour ce faire, il leur est suggéré de commander avant le lundi 6 décembre prochain.

On pourra donc dès lundi prochain, le 16 novembre, se procurer des billets, pour soi ou pour ses proches, pour assister au NAPA Pièces d'auto 200 présentée par Dodge, et y voir en piste les samedi et dimanche 29 et 30 août prochain, les étoiles de NASCAR. Il suffit de composer le 514 397-0007 ou de visiter le www.circuitgillesvilleneuve.ca sans tarder.

Depuis 2009, Octane Management agit à titre de producteur délégué du NAPA Pièces d'auto 200 présenté par Dodge, sous mandat de Stock-Car Montréal, laquelle est une filiale en propriété exclusive d'International Speedway Corporation (ISC) de Daytona Beach, en Floride. ISC, chef de file dans la promotion du sport motorisé en Amérique du Nord, organise plus de 100 événements de sport motorisé chaque année.

Nascar Nationwide Montreal 2010

No increase in ticket prices for the only NASCAR Nationwide Series event in Canada

TICKETS FOR THE 2010 NAPA AUTO PARTS 200, PRESENTED BY DODGE ON SALE MONDAY, NOVEMBER 16 AT 9 A.M.

Montreal, November 12, 2009 - Stock-Car Montreal announced Thursday that tickets for the fourth Edition of the Montreal NAPA Auto Parts 200, Presented by Dodge on Saturday and Sunday August 28-29, 2010 will go on sale on MONDAY NOVEMBER 16, 2009 at 9 a.m. Once again, fans will be able to witness stars of the NASCAR Nationwide Series, Grand-Am Rolex Series and NASCAR Canadian Tires Series take on the demanding Circuit Gilles Villeneuve. Event organizers are also pleased to announce that there will be no increase in ticket prices for the 2010 event. Ranging from $95 to $165 for grandstand seating, tickets for the 2010 NAPA Auto Parts 200, Presented by Dodge make the perfect Christmas gift.



"We are establishing a solid tradition of NASCAR racing in Montreal," said François Dumontier, President of Octane Management and delegated promoter of the event. "It took only three years for Montreal to become one of the favourite stops for NASCAR enthusiasts, and it also seems that winning the Montreal Nationwide race has been added to many of the NASCAR superstars agendas. We believe that our race has become an event that fans want to experience live at Circuit Gilles Villeneuve."

Adding to the promoter's comments, some very interesting facts occurred on this road course; 24 lead changes, several unexpected turnarounds, and outstanding feats from great champions. In addition, each of the three Nationwide races has so far featured Canadian drivers finishing in the top three. The short history of this event shows Kevin Harvick, Ron Fellows and Carl Edwards as race winners, Patrick Carpentier with two back-to-back second-place finishes, and impressive feats from Quebec-born drivers Andrew Ranger, Jacques Villeneuve, and Jean-François Dumoulin.

"Believe us when we say that next year's event will offer more of the same intense rivalry," continued François Dumontier. "The success of the last event and the exciting on-track competition between the drivers explains our strong desire to offer our supporters the possibility to experience something really special. In the upcoming weeks and months, we will disclose news that will surely please ticket holders also pique the interest of those who have yet to see live action involving cars and drivers from the NASCAR Series at Circuit Gilles Villeneuve."

Tickets for the NAPA Auto Parts 200, Presented by Dodge under the Christmas Tree

Event organizers also mentioned today that those who want to make sure that tickets for the 2010 Montreal NAPA Auto Parts 200, Presented by Dodge make their way under this year's Christmas tree, must order them before Monday, December 6, 2009.

As of next Monday, November 16, tickets to see the stars of NASCAR at Circuit Gilles Villeneuve on Saturday and Sunday August 28-29 will be available by calling 514 397-0007 or by visiting www.circuitgillesvilleneuve.ca without delay.

Mandated by Stock-Car Montreal, a wholly-owned subsidiary of International Speedway Corporation (ISC) based in Daytona Beach, Florida, Octane Management is the delegated promoter since 2009 of the NAPA Auto Parts 200, Presented by Dodge. ISC is the leading promoter of motorsports in North America, hosting over 100 major racing events each year.

New! Comments

Have your say about what you just read! Leave me a comment in the box below.